Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

J'avais gardé les clés depuis la fin de l'été et ce jour où nous sommes parties ensemble vers l'hôpital. Nous ne savions pas encore si elle retournerait chez elle. Ca ne sera jamais le cas. 

Elle a été récemment transférée vers ce qui devrait être sa dernière maison. Elle n'a que très peu d'effets personnels là-bas. De toute façon elle jette tout, déchire les photos car elle pense qu'elle va être jugée puis aller en prison où elle ne pourra rien garder.

Alors ses enfants s'organisent. Il faut vider l'appartement.

Petite Taupe et moi sommes allés voir son appartement pour indiquer ce qui nous ferait plaisir avant la répartition. Avant la disparition.

Tous les objets de valeur ont été regroupés par mes tantes sur deux commodes, les tiroirs, les vitrines ont été vidées. 

J'ai effleuré les meubles, carressé les objets. Ca sentait encore partout ma grand-mère, ses cheveux poudrés, son parfum Guerlain, ses mains âgées. 

Il m'a fallu de longues secondes avant de refermer la porte. En arrivant, j'avais pensé à ces mois durant lequels elle m'avait confié son appartement. Ce sont des merveilleux souvenirs, un de mes plus beaux étés. 

En repartant, j'ai pensé à mon grand-père que j'avais vu pour la dernière fois sur son lit de mourant un soir de Noël. J'ai pensé à ce mardi où j'ai vidé le frigo, sorti les poubelles et où nous sommes parties ensemble vers l'hôpital. J'ai pensé à la fin de la vie de cette vieille dame, qui ne ressemble plus tellement à celle que j'ai bien connue. 

Je n'ai presque pas pleuré. 

Published by Chipolata - - La familia

commentaires

Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog