Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

Tout doucement, la fin de l'année approche, tout doucement, les vacances arrivent. Et quand on n'est pas parti depuis huit mois, croyez-moi, elles sont bien méritées ces putains de vacances.

Le temps s'écoule très lentement (e.g. quand je me tape une réponse à appel d'offres intégralement en anglais), et extrêmement vite (le mariage des copains, c'était il y a deux semaines non ? ah non, c'était le week-end dernier) (et ce au contraire de mon pognon, qui en cette période de soldes s'écoule très vite tout court).

Je n'arrive pas vraiment à planifier mes vacances, sauf à me dire qu'à Bologne, je mangerai des spaghetti bolognaise (ce qui fait un peu court tout de même comme programme). Bernard, mon moniteur chéri d'auto-école, me prépare tout de même une attestation pour pouvoir conduire accompagnée de Petite Taupe lorsqu'on sera chez mes beaux-parents (qui n'auraient JAMAIS dû proposer de me prêter la voiture) (je n'ai toujours pas le permis).

Au boulot, il y a du mouvement, des pétages de plombs, des départs plus ou moins volontaires (et en général moins que plus). Je discute avec le Colonel, je lui avoue que je suis vraiment très, très fatiguée. Je sais, me dit-il, On en a parlé avec le Général et on se dit qu'il va falloir qu'on réagisse. Genre avec une augmentation substantielle ? Avec une augmentation substantielle, oui. Je crois que ça me plait bien, ce principe de pause clope sur le thème "Chef, offre-m'en une je pète un cable" qui se transforme en négo salariale.

Published by Chipolata - - Confessions intimes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog