Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

Je suis déçue et en colère.

Le chirurgien est content de son opération, les cicatrices sont parfaites. Après, "il y encore du liquide". En deux minutes, il a expédié la consultation. Je n'ai pas eu le temps de me rhabiller.

Ses consultations sont plus longues en privé, avant l'opération, à 120 euros la visite..

Je lui dis que j'ai mal. "Il y a encore du liquide, j'ai dit", sans m'expliquer ce que ce fameux liquide vient faire là. Il ne répond pas à mes questions.

Il me répond que la douleur est psychologique, me demande si je veux un nouvel arrêt, me dit que pas question de me prescrire de la kiné "à l'hôpital ils vérifient qu'on ne fait pas de prescription de complaisance" (l'arrêt de travail ne rentre apparemment pas dans cette catégorie). Je souffre. En attendant, je fais quoi ?

Il est pressé de passer au suivant. Quand je lui fais part de cette impression, il fait en grand geste en évoquant tous ceux qui attendent.

Vous ne comprenez pas, je vous ai pourtant bien expliqué, répète-t-il. Je rappelle que je ne suis pas médecin, que je ne comprends pas ces termes techniques. Il me répète la même phrase que précédemment, à la même vitesse. Les larmes me montent aux yeux.

Il finit par me proposer des anti-dépresseurs  : il y a quinze jours, je n'avais pas le moral, aujourd'hui j'ai juste mal, merci.

Je suis partie fière d'avoir osé m'exprimer, mais aussi déçue et en colère, parce que la prise en charge de la douleur est un droit du patient qu'on voit affiché partout dans l'hôpital. Mais apparemment, il reste à être pris au sérieux avant d'y avoir droit. 

Published by Chipolata - - Confessions intimes

commentaires

MC 08/05/2012 18:52

c'était visiblement un gros con.

Chipolata 08/05/2012 19:24



Un très gros con oui !



Jerry 25/03/2012 19:16

Des anti-dépresseurs.
C'est devenu la panacée, ce truc.
L'an dernier, un toubib a voulu m'en prescrire pour une angine.
Tout ça parce que j'avais eu le malheur de lâcher que j'étais prof.
Toi, ce doit être parce que tu es une femme.
Parce que c'est bien connu : boys don't cry.
Il me met en colère presque autant que toi, ton article, ma choupinette.

Chipolata 25/03/2012 20:07



Alors que des anti-colériques, c'est ça qu'il m'aurait fallu :)



Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog