Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

Comme d'habitude, ce matin, je me suis réveillée, ce qui est chouette, mais assez tôt, ce qui l'est un peu moins.

Je me suis approchée de mon chat qui m'a fixée de ses yeux de sphinx, l'air de dire Noli me tangere, ce qui prouve qu'il a un sacré sens de l'à-propos. Il a cependant vite oublié ses regards dédaigneux dès que je l'ai appelé pour lui dire qu'il y avait un oiseau sur le balcon, il devient complètement OUF quand il y a des oiseaux sur le balcon. On a un code secret pour ça, je lui dis Ploum ploum il arrive à la vitesse d'un chat en galop (donc genre vite, mais en dérapant sur le parquet) (aka : c'est assez comique). Il regarde l'oiseau, il me regarde, je le regarde, je regarde l'oiseau, l'oiseau finit par nous regarder et s'envole vite fait bien fait.

A noter que l'oiseau ne s'envole de toute évidence pas toujours, ou pas toujours assez vite, puisque à deux reprises déjà il a chopé un moineau. Normal, c'est un chat. Moins normal, nous habitons au douzième étage.

Après avoir couru dans tous les sens, roucoulé de plaisir face au pigeon (oui, mon chat roucoule lorsqu'il voit un pigeon : mimétisme empathique, méthode de pourléchage de babines ou technique de chasse, je n'ai pas encore bien compris), le Chat finit par aller dans sa litière déposer une offrande odorante au dieu Caca. Il se lave ensuite consciencieusement.

C'est alors qu'il pue grave du cul (et de la gueule, un odeur de cul) qu'il vient me faire des bisous. Comme d'habitude.



Published by Chipolata - - Le Chat et moi

commentaires

Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog