Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

Il m'a appelé à la dernière minute en me proposant de venir déjeuner. J'avais déjà mangé (je rappelle qu'à 11h58, mon estomac commence à crier "FAMINE"), mais c'est bien volontiers que j'ai accepté.

Je lui ai préparé des croque-monsieur sans fromage, comme quand on était petits. 

Il est arrivé quelques minutes après, ça tombe bien que j'habite si près de la Défense ; en costume, les cheveux coupés courts, rasé de près. Sa chemise portait encore les plis de repassage de ces vêtements trop neufs. Il avait l'air fatigué mais heureux de ces jeunes diplômés qui arrivent au bout de leur première semaine de boulot.

Il va falloir que je cesse de verser une larme pour ses premières fois (même si ce sont des larmes de sang lorsque j'ai appris l'existence de sa première copine sérieuse - je ne veux PAS connaître la vie sexuelle de mes frères et remercie le saint-esprit pour son rôle dans la conception de mes neveux).

Définitivement, entre ça et son mètre quatre-vingt-cinq, il va bien falloir qu'un jour j'arrête de l'appeler mon petit frère.

Rien de tel qu'un extrait de Mamma Mia pour finir la semaine, isn't it ? 

 

Published by Chipolata - - Confessions intimes

commentaires

Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog