Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

Cette semaine, j'ai testé pour vous : donner un cours à des étudiants.

Etape 1 : se mettre en conditions

Comment s'habiller ? L'objectif est de ne pas être confondue avec les étudiants (avec une veste j'aurai l'air vieille) mais de ne pas avoir non plus l'air trop sérieuse (avec des cuissards j'aurai l'air d'une biatch). J'ai donc logiquement eu l'air d'une vieille biatch.

Comment ça, la préparation du cours ? Est-ce vraiment important ? 


Etape 2 : soigner son entrée

Echanger longuement avec la prof qu'on dépanne pour préparer une entrée "yo comment vas-tu yau de poële" genre on se connaît autrement qu'au téléphone. Imaginer le moment où l'entrée dans la salle ressemble un peu à une soirée de miss France en mieux, avec tous les étudiants éblouis (par mon look de vieille biatch). 

En vrai, entrer dans la salle à la fin de 1h30 d'exam (j'étais là pour boucher un trou à la fin du cours, oui oui). La salle sent le bonobo et les élèves ne vous accordent pas un regard, trop occupés à pleurer que Sérieux, c'était vraiment trop dur là Madame. 

 

Etape 3 : mater les fauves

Je récapitule. Il faut intéresser des étudiants (challenge accepted) qui sortent d'un exam (ouh la la) sur un sujet sur lequel ils n'auront plus de cours avant un moment (mode hardcore, difficulté Cauchemar). Votre très humble servante ne manque ni d'énergie ni d'anecdotes amusantes pour intéresser les élèves, en tout cas au moins 3 (sur 25) ont eu l'air de bien aimer.

NB : l'éducation nationale n'a rien à voir avec la formation professionnelle. En formation face à des adultes, a fortiori lorsqu'il s'agit de clients qui paient chaque mois le PIB du Sierra Leone pour une prestation, tu souris en serrant les dents quand ils n'écoutent pas. Avec des étudiants, tu peux te lâcher sévère face à ceux qui tentent de faire les petits malins et distribuer une ou deux humiliations publiques Wah comme elle t'a mouché la prof.

 

Bilan :  expérience plutôt intéressante, même si je ne meurs pas d'envie de la renouveler (j'ai été formatrice à une époque, et j'en suis très contente) (surtout depuis que j'ai un vrai métier). En tout cas, ça valait largement le coup. Surtout après la distribution de claques virtuelles,  évidemment.

Published by Chipolata - - Au taf !

commentaires

Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog