Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie décidément infraordinaire

Il paraît qu'il y a deux types de femmes pendant la grossesse : celles qui sont en dessous de tout, et celles qui ont tout le temps le sourire.

Je dois être un peu entre les deux. Avec une tension basse et plein de petites merdouilles pas graves mais chiantes (je ne raconterai pas, des fois que certain(e)s ici aient envie d'enfanter un jour). Et à côté, une bonne humeur et une sérénité presque inébranlables.

Petite Taupe hurlerait s'il lisait ce blog : j'ai passé la semaine dernière à me morfondre, à me coucher à 21h tous les soirs en disant que je suis vraiment trop une merde et à préparer mon passage en télé-travail trois jours par semaine (me suis fait engueuler par mon médecin qui a menacé de me priver définitivement de boulot jusqu'à la mise bas: y'a des gens que ça réjouit, moi ça me casse le moral).

Et puis on a profité de notre dernier week-end avant longtemps, très longtemps, à l'occasion d'un mariage. J'ai fait capitaine de soirée au retour - très utile pour bourrer la gueule à Petite Taupe qui est très très sexy quand il a trop bu <3 (bon avec ce temps les cochonneries en plein air n'étaient pas vraiment d'actualité) (le trip S/M/pneumonie, c'est pas trop mon truc) ; l'avantage, à force de lui sussurer plein de petites phrases que Christine Boutin réprouve certainement à l'oreille, c'est qu'il monte en pression comme une cocotte minute et qu'avec le retour chez nous on a pu en mettre partout <3 <3.

Moralité : pour combattre une baisse de moral(ité), rien ne vaut un coup de nombreux coups de bite.

Published by Chipolata -

commentaires

Une vie décidément infraordinaire

Une vie encore, toujours plus et décidément infraordinaire

Hébergé par Overblog